Présentation

 

© Cindy Sechet

Boundary Games

de Léa Drouet

Avec Boundary Games Léa Drouet retourne au plateau qu’elle transforme en périmètre de jeu et d’expérimentation pour ses 6 performeurs. Tel un laboratoire social, la pièce teste les processus de fabrication et de dissolution des groupes. D’infinis (ré)agencements de corps, de sons et d’éléments scénographiques définissent de nouvelles règles sociales comme autant d’alternatives aux seuls principes d’inclusion et d’exclusion. Boundary Games fait voler en éclat la division binaire « nous/eux » auquel se réduit trop souvent notre rapport à l’autre. Elle ouvre un nouvel espace de négociation. Comment y circulerons-nous?

 

Photos

Teaser

 

Dates

 

22 – 26  mai 2018,  Théâtre Les  Tanneurs, Bruxelles, Kunstenfestivaldesarts – PREMIERE

20 – 23  septembre  2018, Nanterre-Les  Amandiers, France –  PREMIERE FRANCAISE

9  et 10  octobre 2018, Festival  Actoral, Marseille, France

 

Crédits

 

© Cindy Sechet

 

Avec
Frédéric Bernier, Madeleine Fournier, Catherine Hershey, Simon Loiseau, Marion Menan et Bastien Mignot. Gaetan Rusquet, Yann Leguay

Lumières, scénographie
Gaetan Rusquet

Travail sonore
Yann Leguay

Dramaturgie
Camille Louis

Assistante à la mise en scène
Laurie Bellanca

Régisseur général
Grégory Rivoux

Training hypnotique
Marie Lisel

Chargée de production
France Morin / AMA

Production Vaisseau

Coproduction Kunstenfestivaldesarts, Théâtre Les Tanneurs, Nanterre-Amandiers, centre dramatique national, Charleroi danse, Coop asbl
Avec le soutien d’Actoral – Festival & Bureau d’accompagnement d’artistes

Accueil en résidence Kunstencentrum BUDA, La Bellone- House of Performing Arts, Montevideo centre d’art

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles-Service du Théâtre, de Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse, de Shelterprod, Taxshelter.be, ING et du Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge

http://vaisseau-leadrouet.com/

photos : Cindy Sechet

Presse

Extrait  du texte  inédit « Salut  à toi ô mon frère »  de Sylvia Botella, juin 2018.

 

« Il  faut évoquer  la pièce virtuose  Boundary Games qui est  peut-être la plus subversive  de toutes les pièces du Kunstenfestivaldesarts.  C’est ce qu’assène le battement fragile de la vie  qui palpite dans les plis et replis d’une couverture  et qui semble le seul objet qui intéresse Léa Drouet.  Elle pense encore son spectacle Boundary Games en grand comme  une performance mais aussi comme une texture associée à une pauvreté  de moyens. Elle dessine sur le plateau évidé, un monde de grisaille vu  à travers les gestes d’hommes et de femmes qui froissent et défroissent des  couvertures, dans lequel éclate parfois un son lancinant, décollé de la réalité environnante.  Léa Drouet porte au plus haut le performeur, faisant de son pouvoir d’action, une chose unique, bien  réelle, qui participe aussi à une attention, une responsabilité qui reste longtemps fixée dans le crâne.  Et précipite notre pensée face à l’idiotie. Quoi de plus intelligent que de donner l’envie au spectateur de  se perdre dans un lieu tout en replis, dans la respiration de tout un monde interdit par une politique engourdie  ? Dans Boundary Games, nous nous élevons dans le geste de l’autre ».

 

Critique dans la revue Mouvement, mai 2018

Léa Drouet

Léa Drouet

Metteure en scène, Comédienne

 

Léa Drouet est une metteur en scène française. Elle est diplômée de l’Institut National Supérieur des Arts de la Scène de Bruxelles (I.N.S.A.S.) en section mise en scène. Elle est installée et travaille à Bruxelles depuis 2010.

Son travail prend différentes formes et circule entre l’installation, le théâtre et la performance. Elle fonde VAISSEAU en 2014, une structure de production qui tente de s’adapter aux différentes propositions, aux différents formats expérimentés et ceux encore à venir.

Malgré la diversité des formes proposées, on perçoit son intérêt constant pour certaines questions. Comment peut-on faire basculer des problématiques des sciences humaines dans le régime du sensible, du sonore, du corporel et de la matière ? Qu’est-ce qu’un groupe? Comment partager des expériences esthétiques qui traduisent différentes organisations relationnelles?

Proche de la scène musicale expérimentale bruxelloise, elle collabore avec divers musiciens Elle s’entoure aussi d’artistes au croisement de plusieurs pratiques : acteurs-danseurs-performeurs-plasticiens-musi- ciens

0&, présenté au Festival XS du Théatre National se crée en collaboration avec Clément Vercelletto, rassemblant un ensemble de 20 performeurs pour un concert de magnétophone cassettes. Plusieurs versions de cette choralité spatialisée seront déclinées par la suite à l’invitation du Kunstenfestivaldesarts dans la Gare de Bruxelles-Congrès (Derailment, 2015) ou au Palais de Tokyo pour l’événement Indiscipline (Tape ensemble, 2016).

« Mais au lieu du péril croit aussi ce qui sauve » est présenté au skatepark des Brigittines dans le cadre du lancement du Kunstenfestival en 2016. L’événement s’est construit en collaboration avec les utilisateurs du skatepark autour de la notion de prise de risque et de l’accident. Il rassemble des entretiens avec trois jeunes skateurs autour de leurs blessures et de leur rapport au risque, et l’installation d’un cercle de feu dans lequel les skateurs tentaient des figures périlleuses en public.

Elle est invitée par Camille Louis (philosophe et dramaturge, membre du collectif kompost) à Athènes dans le cadre de la nuit de l’esthétique organisée par le Goethe Institut et l’Institut Français en mai 2017. Elle travaille à cette occasion sur une installation performance sous forme de jeu libre intitulé « Squiggle », une situation conversationnelle verbale et sculpturale dans l’espace public.

Elle a créé Boundary Games en 2018 au Théatre Les Tanneurs dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts. Cette forme scénique proposera au public une expérience spatiale et sonore de composition et de décomposition des ensembles en faisant varier les situations liées aux organisation ou aux dynamiques des groupes.

 

 

Léa Drouet – Boundary Games