Présentation

Vertiges

de Guilhem Chatir

Seule figure humaine d’un paysage désert, un corps s’abandonne au déséquilibre de sa chute incessante. Dans la boucle de ce temps hors du temps, la fin de chaque geste s’effondre dans le début du suivant : légèreté́ et pesanteur, tension et relâchement, aplomb et horizon se mêlent ainsi intimement — et donnent à voir la virtuosité sensible de leurs Vertiges.


Photos

photo : Alexis Tomasello

Teaser

Dates

12,13 novembre, C’est Central, La Louvière (BE)

11,12 décembre, C’est Central, La Louvière (BE)

Crédits

 

Concept, chorégraphie, interprétation

Guilhem Chatir

Création musicale

David Petrlik, Philippe Hattat

Création costumes

Anne-Catherine Kunz

Scénographie

Jean Marcouiller

Lumières

Jérôme Dejean

Dramaturgie

Thomas Birzan, Margarida Marques Ramalhete

Production déléguée

C’est Central

Diffusion

Arts Management Agency

Coproduction 

Central La Louvière, Charleroi danse, LiFE – Centre d’art contemporain Saint-Nazaire

Soutien

CCN2 Grenoble, La Manufacture Aurillac, C’est Central, Charleroi danse, Montpellier danse, CENTQUATRE-Paris

Presse

 

Guilhem Chatir

Guilhem Chatir

Guilhem Chatir est un danseur et chorégraphe basé à Bruxelles.
Il se forme au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris et à P.A.R.T.S.
Il travaille avec Ultimavez dans les pièces What the Body Does Not Remember et In Spite of Wishing and Wanting, Yoann Bourgeois dans Requiem ou encore Akram Khan dans Chotto Xenos.
En tant que chorégraphe il crée Here en collaboration avec Eulalia Ayguade et la chanteuse lyrique Astrid Stockman. Il est invité dans le cadre du festival « L’art dans les chapelles » en Bretagne pour créer une pièce de courte durée autour d’une oeuvre de Thomas Muller. Le centre d’art contemporain à Saint-Nazaire LIFE l’invite à poser un regard chorégraphique autour de l’œuvre du plasticien Stéphane Thidet Castle made of sand.
Il s’investit aujourd’hui dans Vertiges une création  en collaboration avec le violoniste David Petrlik et le pianiste Philippe Hattat. 

 

 

Guilhem Chatir – Vertiges