Présentation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 B4 summer

de Mercedes Dassy


Dans un processus ultra-désiré d’engagement pour une lutte globale, B4 summer fait résonner un cri. Un cri de labeur affectif, face à la question infinie de l’engagement. Comment affronter la complexité de cette matière à 100%? Comment se laisser submerger par ce chaos sans reculer? Comment négocier honnêtement avec la vulnérabilité et le sentiment d’impuissance dans lesquels ces questions peuvent faire plonger? Comment estimer l’authenticité ou la légitimité de son engagement ?
A partir de ce cri, Mercedes Dassy utilise son corps comme arme, comme outil, comme obstacle, comme espace d’exploration et encore comme sujet-objet, pour tenter d’articuler ce cri.
Influencée par des sources esthétiques et artistiques très diverses (la culture pop, la musique, l’art post-internet, etc), la chorégraphe et danseuse bruxelloise Mercedes Dassy présente B4 summer comme la deuxième partie d’un cycle de performances. Dans i-clit, son oeuvre précédente, elle explorait une nouvelle vague de féminisme ultra-connectée et ultra-sexuée afin d’en interroger le pouvoir ambivalent d’émancipation et d’oppression. La danseuse inscrit sa nouvelle création dans la continuité de sa quête, en s’inspirant de représentantes réelles, symboliques ou fictionnelles pour sonder notre (in)capacité à agir et à nous engager.

« Changer le monde. Une idée, un projet, des organisations, pendant un moment il a été même question de victoire. L’histoire semblait enceinte de vérité. Nous sommes venus après, enfants de la désillusion et des mauvais rêves. Le renversement du capitalisme était avorté, son désir même rentrait en phase de désintégration symbolique. Les mots étaient trop usés quand ils n’étaient pas trop sages. Alors ils nous ont appris à crier. » Printemps précaires des peuples, Maria Kakkogianni.


Photos

Teaser

Dates

 

22 et 23 janvier 2020 – Vooruit, Gand – Pré-premières (BE)

31 janvier et 1er février 2020 – Théâtre de Liège – Ouverture du Festival Pays de danse – PREMIERE (BE)

du 4 au 8 février 2020 – Théâtre La Balsamine, Bruxelles (BE)

3 avril 2020 – MARS-Mons Arts de la scène – Festival DEMAIN (BE)

 

Crédits

 

Concept, chorégraphie et interprétation

Mercedes Dassy

Dramaturgie, conseil artistique

Sabine Cmelniski

Création sonore

Clément Braive

Création lumière 

Caroline Mathieu

Costumes, accessoires et scénographie

Justine Denos

Répétitrice, regard extérieur, coach voix 

Judith Williquet aka Judith Kiddo 

Regard extérieur

Jill De Muelenaere

Diffusion

Arts Management Agency

Production déléguée

 Arts Management Agency / Théâtre La Balsamine 

Coproduction

Théâtre de Liège, Théâtre la Balsamine,  Kunstencentrum Vooruit, Charleroi danse – Centre chorégraphique de Wallonie – Bruxelles, Mars – Mons arts de la scène, La Coop asbl 

Avec le soutien

Fédération Wallonie – Bruxelles, Service de la danse, de [e]utopia, du BAMP, de Shelterprod, de taxshelter.be , d’ING et du Tax – shelter du gouvernement fédéral belge

Photo : Michiel Devijver

Presse

La Libre Belgique 04.02.2020 

Mercedes Dassy

 

Mercedes Dassy

Mercedes Dassy (*1990, Bruxelles) est danseuse et chorégraphe, active dans les domaines de la danse, du théâtre, de la performance et de la vidéo. En 2009, elle intègre S.E.A.D. Salzburg Experimental Academy of Dance et suit un Summer Program à la Tisch School of Art/Dance Department – New York University. De retour à Bruxelles depuis 2012, elle travaille avec Voetvolk/Lisbeth Gruwez (AH/HA), Compagnie3637 (Eldorado, L’Enfant qui), le Collectif En Transit, Matej Kejzar (raive), Cie PHOS/PHOR (La compatibilité du caméléon), Lucile Charnier (L’Appel du Mutant), MUGWUMP, Notch company/Oriane Varak (As a Mother of Fact) et prochainement avec Leslie Mannès (FORCES).

Depuis 2014, Mercedes Dassy a également entamé son propre travail avec PAUSE, solo créé à l’occasion de la Museum Night Fever 2014. Elle crée ensuite i – c l i t , présenté à La Balsamine dans le cadre du festival Brussels, dance ! 2018, soutenu par le Ministère de la Culture, Service Danse et nominé au Prix de la critique 2018.
Ces deux dernières créations sont  : TWYXX, une collaboration avec le comédien Tom Adjibi  (2019) et B4 summer, nouveau solo (2020).
En traitant des sujets tels que la nouvelle vague féministe ultra-sexuée-connectée, l’engagement relationnel dans la société consumériste ou le rapport de sa génération à l’engagement, le travail de Mercedes Dassy se déploie sur une base d’une triangulation chorégraphique, politique et esthétique.
En juillet 2018, Mercedes Dassy s’est vue attribuer le prix Jo Dekmine récompensant les créations et artistes prometteu·r·se·s par le Théâtre des Doms.

http://cargocollective.com/mercedesdassy/

Mercedes Dassy – B4 summer